Environnement

Entre Triel-sur-Seine et Chanteloup-les-Vignes, la préser­va­tion d’une large zone verte est indis­pens­able. (DR)

La pro­tec­tion de notre com­mun passe d’abord par une meilleure com­préhen­sion des leviers d’ac­tion ; tout peut alors s’ar­tic­uler cor­recte­ment à con­di­tion d’y porter rigoureuse­ment l’at­ten­tion et l’éthique néces­saires.
Triel à Venir s’y engage avec vous. Tous ensem­ble, nous pour­rons y par­venir.

L’hu­man­ité a désor­mais deux impérat­ifs majeurs :

  • lim­iter nos impacts sur le , donc dimin­uer notre empreinte car­bone,
  • préserv­er la et recréer des sols vivants

Au niveau , c’est facile

Ces deux objec­tifs sont assez facile­ment réal­is­ables au niveau local, avec le sou­tien act­if de la Com­mu­nauté urbaine à laque­lle nous sommes rat­tachés (CU GPS&O).
Vivre mieux en con­som­mant moins, et en dévelop­pant les rela­tions entre les citoyens : de la résilience, en somme !

Former au développement durable

Au niveau d’une ville, il faut com­mencer par for­mer à ces sujets les acteurs de la ville, tous ceux qui y tra­vail­lent. Les agents com­mu­naux agiront ensuite tout naturelle­ment sur ce qu’ils ne con­nais­saient pas for­cé­ment très bien avant.

Le logement, les bâtiments privés et publics

  • La :
    Con­stru­ire durable­ment des maisons ou des immeubles à énergie pos­i­tive (qui pro­duisent plus d’én­ergie qu’ils n’en con­som­ment), avec des matéri­aux durables, des plan­ta­tions d’essences locales alen­tour.
  • Lim­iter l’arti­fi­cial­i­sa­tion des sols en préser­vant le plus pos­si­ble la pro­tec­tion et la res­pi­ra­tion des sols naturels
  • La énergé­tique des bâti­ments, pour dimin­uer nos con­som­ma­tions d’én­ergie (Cf. Loge­ment)
  • la réno­va­tion énergé­tique des bâti­ments publics et l’at­ten­tion aux économies dues au gaspillage : énergie, lumière, eau …

Se déplacer

  • Les déplace­ments, les trans­ports, les routes : plus de trans­ports col­lec­tifs, des axes partagés avec des moyens de “déplace­ment doux” comme le vélo et la marche à pied, il s’ag­it de repenser l’ensem­ble et de créer une offre plus adap­tée à nos enjeux actuels.
    Un sujet sur lequel la par­tic­i­pa­tion de la région avec Ile-deFrance Mobil­ités, du con­seil départe­men­tal et de la CU GPS&O seront sol­lic­ités.

Mieux manger

  • L’ pour tous : plus locale, avec des pro­duits sains, bio si pos­si­ble, en apprenant à lim­iter le gaspillage ali­men­taire.
  • Au fur et à mesure du renou­velle­ment des marchés publics, les can­tines sco­laires devien­dront un débouché ras­sur­ant pour les agricul­teurs. Ce “cer­cle vertueux” leur per­met de pra­ti­quer une agri­cul­ture plus respectueuse de l’en­vi­ron­nement, évi­tant les pes­ti­cides et régénérant les sols. Ceci favorise la survie des pollinisa­teurs et des oiseaux.
    Bon pour les hommes et bon pour le cli­mat et la bio­di­ver­sité :
    Gag­nant, gag­nant !

Faire ses courses : ici plutôt qu’ailleurs

  • Faire ses cours­es : favoris­er le de prox­im­ité, don­ner envie de rester dans Triel, aider les per­son­nes âgées, créer un ser­vice de livrai­son local et peu car­boné, amé­nag­er des park­ings adap­tés (autos, vélos)

Les , pour leur avenir

  • Édu­quer et sen­si­bilis­er : les temps périsco­laires peu­vent, entre autres, con­stituer des moments priv­ilégiés pour dévelop­per de façon ludique les des enfants autour de la nature et de la bio­di­ver­sité, des déchets, de l’én­ergie, du gout et de la cui­sine, mais aus­si du développe­ment naturel des liens soci­aux dans une optique intergénéra­tionnelle …

Favoriser la nature

  • Amélior­er la bio­di­ver­sité : préserv­er la faune, la flo­re, les arbres et les forêts, lim­iter l’ar­ti­fi­cial­i­sa­tion des sols, planter des haies vives, plutôt que con­stru­ire des murs…
  • la ges­tion de l’eau : à Triel, l’ab­sorp­tion de l’eau à la par­celle est cru­ciale. Nous favoris­erons les solu­tions de récupéra­tion d’eau de pluie, de créa­tion de noues plan­tées, de plan­ta­tion de haies vives, de park­ings végé­tal­isés … L’ob­jec­tif ici est d’amélior­er la sit­u­a­tion pour les épisodes de fortes pré­cip­i­ta­tions annon­cés par les sci­en­tifiques et déjà en aug­men­ta­tion. Cela aidera égale­ment la bio­di­ver­sité et la cli­ma­ti­sa­tion naturelle (par les sols et les arbres) pen­dant les canicules.
La ges­tion de l’eau et la préser­va­tion de l’a­gri­cul­ture locale sont indis­pens­ables pour Triel (DR)